ANAMED est l’abréviation de «Action for Natural Medicine», et est une organisation humanitaire internationale dont la mission est de promouvoir une santé et une nutrition responsables, durables et accessibles à tous, à partir des expériences accumulées en plus de 30 ans de pratique médicale et naturelle dans les pays tropicaux du monde entier.

L’ANAMED diffuse ces informations à travers des séminaires et des formations internationaux , régionaux et locaux. En outre, l’action de diffusion se poursuit également grâce à l’utilisation du web et des réseaux sociaux. Ici vous pouvez trouver le site Web Anamed .

Cette organisation comprend la « médecine naturelle » comme la symbiose des techniques de médecine moderne (par exemple, hygiène, doses précises) avec les avantages tirés de l’utilisation des plantes médicinales , qui depuis des siècles font partie de la médecine traditionnelle des peuples qui vivent sur ces terres .

Lors de séminaires et de conférences, l’ANAMED explique les propriétés de diverses plantes médicinales, qu’elle recommande pour le traitement du paludisme car elles se sont déjà avérées très efficaces. Parmi celles-ci, on trouve la papaye Carica, la Cassia occidentalis et l’Azadirachta indica.

Mais la plante qui a surtout prouvé son efficacité est certainement l’Artemisia annua, qui en Chine est utilisée à cette fin depuis plus de 2000 ans, même si en médecine le mécanisme de son action n’est connu que depuis 25 ans.

Malheureusement, il y a un problème: Artemisia annua ne pousse pas sous les tropiques .

Au fil du temps, l’ANAMED a mené des recherches agricoles avec un hybride particulier d’Artemisia annua, dans plus de 600 domaines dans 70 pays différents. Elle a également été la première organisation au monde à publier les résultats d’essais cliniques du traitement par perfusion d’Artemisia annua sur des patients atteints de paludisme.

Cet hybride a été renommé  » artemisia annua anamed « 

Cette plante, contrairement à l’Artemisia classique, peut être cultivée dans la plupart des régions à climat tropical et l’infusion faite à partir des feuilles est aussi efficace pour traiter le paludisme que l’ artémisinine extraite des plantes.

Que suggère Anamed?

  • Il est essentiel que chaque hôpital et chaque clinique de chaque pays où le paludisme est endémique dispose d’ un potager dans lequel vous cultivez ce type de plante Artemisia annua et d’autres plantes antipaludiques. Il est également important que la pharmacie de l’hôpital s’occupe de la collecte, du séchage et du conditionnement des feuilles. De cette manière, les infirmières pourront administrer correctement l’infusion de feuilles d’Artemisia annua aux malades. En s’organisant ainsi, chaque hôpital deviendrait économiquement autonome dans la lutte contre le paludisme.
  • Que les cliniques et les guérisseurs des zones rurales cultivent également l’Artemisia annua et l’utilisent pour le traitement du paludisme.
  • Que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) investisse davantage dans la recherche sur les plantes antipaludiques indigènes.

Comment mettre en œuvre les propositions d’Anamed

  • Avec les déclarations publiques des gouvernements pour faire partie de cet engagement
  • Avec des séminaires et des conférences qui éduquent les administrateurs d’hôpitaux, les médecins, les infirmières, les pharmaciens et les herboristes sur la culture de l’anamed artemisia annua, sur la préparation de l’infusion avec les feuilles et sur le traitement des patients.
  • Insistant pour que les guérisseurs traditionnels adhèrent à un «code de conduite» et que le personnel médical accepte l’utilisation scientifique de l’infusion préparée directement à partir des feuilles de la plante.
  • Obtenir l’aide de la recherche médicale dans chaque pays .

L’expérience d’Anamaed où ces propositions sont appliquées

  • « Petit est beau ». Chaque unité de santé a son propre degré d’indépendance dans le traitement du paludisme, ce qui crée des emplois intéressants et importants. De cette manière, des traitements adaptés au type particulier de paludisme dans la région peuvent être développés; de cette manière, les coûts sont progressivement abaissés .
  • La bonne efficacité est garantie par la disponibilité continue des herbes antipaludiques . Il n’y a pas de problèmes de commerce extérieur, de douane ou même de manque d’approvisionnement dans le pays.
  • Les individus et les familles , au fil du temps, prennent conscience du traitement et sont capables de se guérir . Dans le même temps, cela permet à la population de développer ses compétences et d’accroître la responsabilité de sa propre santé, et réduit la pression sur les unités de santé, qui peuvent mieux se concentrer sur les cas plus graves.
  • Le manque de confiance qui existe entre le personnel médical et les guérisseurs traditionnels laisse place à la coopération et à l’échange d’expériences .